Degré d’inconfort

L’embêtant c’est lorsqu’on a rien à dire et qu’on le dit quand même. Le tragique, c’est quand on a quelque chose à dire et qu’on le tait. Le pénible, c’est quand on à quelque chose à dire et qu’on le dit.

Publié dans : Curiosités du mois | le 28 septembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Dialogue entre amies

La lune dit a la terre : comment te portes-tu ? Il y a bien longtemps que je n’ai plus de nouvelles de toi et je m’inquiète.

 

La terre répond : malheureusement je suis depuis peu atteinte d’une maladie paraît-il incurable.

 

La lune : comment s’appelle-t-elle ?

 

La terre : l’humanité !

 

La lune : est-ce contagieux ?

 

La terre : je le crains ! Cela se transmet par voie aérienne !

 

La lune : aie ! Je crois avoir déjà ressenti les premiers symptômes !

 

La terre : ne t’inquiètes pas, le pronostic vital n’est pas encore engagé. Avec un peu de chance elle aura disparu avant de te contaminer !

 

La lune : tu es sûre ? Qu’est-ce qui te faire dire cela ?

La terre : j’ai appris à la connaître. Elle est en train de perdre la principale chose qui la maintienne en vie : moi !

 

La lune : mais alors tu vas mourir ?!

 

La terre : non, je vais juste me mettre en sommeil et lorsque tu me réveilleras, j’aurai juste l’impression d’avoir fait un mauvais rêve.

 

La lune : bon alors nous n’avons plus qu’à patienter ?

 

La terre : oui, mais jures-moi de ne jamais y faire allusion. C’est une expérience bien trop douloureuse !

 

La lune : c’est promis !

 

Curiosités humaines, 2014

Publié dans : Curiosités du mois | le 20 septembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Question de régime

Dans la vie, ceux qui pèsent le pour et le contre ont sans le savoir la passion du régime.

Publié dans : Curiosités du mois | le 14 septembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Réconfort

La rivière embrasse la mer pour la consoler d’avoir versé trop de larmes.

Publié dans : Curiosités du mois | le 10 septembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Temps déserté

Les dunes se façonnent au gré des éléments. Elles laissent le temps les modeler par consentement. Toujours en mouvement, elles s’arrondissent ou s’aplanissent subrepticement. L’œil ne saisit que ses balbutiements. Il ne prend pas la mesure de ce changement permanent. C’est pourtant le même sable qui se meut dans ce décor inerte qui ne vieillit pas. Seule, la lumière les altère pour éclairer et ombrager leur nombre. Chacune se distingue par sa couleur et sa forme. Elles ne peuvent se confondre et se marient pourtant si bien que le regard s’y attarde pour s’en imprégner. Il plonge dans cet océan de torpeur, contemple à perte de vue ses innombrables vagues jaunies par la chaleur. Cette nudité ne souffre aucune pudeur. Elle n’est qu’effleurée et respectée par ses invités qui ne font que passer parmi son immensité. Les traces sont vite effacées. Elle demeure vierge et oubliée du passé pour toujours recommencer à jouer avec sa beauté.

Publié dans : Curiosités du mois | le 10 septembre, 2017 |Pas de Commentaires »
1...678910...86

Meamies |
Aberration |
Les Podcasts de Jo |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | miscellanées d'un geek...
| Camp de survie
| Questionsansreponses