Question de régime

Dans la vie, ceux qui pèsent le pour et le contre ont sans le savoir la passion du régime.

Publié dans : Curiosités du mois | le 14 septembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Réconfort

La rivière embrasse la mer pour la consoler d’avoir versé trop de larmes.

Publié dans : Curiosités du mois | le 10 septembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Temps déserté

Les dunes se façonnent au gré des éléments. Elles laissent le temps les modeler par consentement. Toujours en mouvement, elles s’arrondissent ou s’aplanissent subrepticement. L’œil ne saisit que ses balbutiements. Il ne prend pas la mesure de ce changement permanent. C’est pourtant le même sable qui se meut dans ce décor inerte qui ne vieillit pas. Seule, la lumière les altère pour éclairer et ombrager leur nombre. Chacune se distingue par sa couleur et sa forme. Elles ne peuvent se confondre et se marient pourtant si bien que le regard s’y attarde pour s’en imprégner. Il plonge dans cet océan de torpeur, contemple à perte de vue ses innombrables vagues jaunies par la chaleur. Cette nudité ne souffre aucune pudeur. Elle n’est qu’effleurée et respectée par ses invités qui ne font que passer parmi son immensité. Les traces sont vite effacées. Elle demeure vierge et oubliée du passé pour toujours recommencer à jouer avec sa beauté.

Publié dans : Curiosités du mois | le 10 septembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Avenir contrarié

Le désespoir est un barrage sur l’avenir. Il faut beaucoup de courage pour le faire céder.

Publié dans : Curiosités du mois | le 8 septembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Sur le bonheur

Le bonheur s’ouvre rarement sur le présent. Il est souvent caché dans un passé que nous avons grand mal à dépassé. Il apparait rétrospectivement quand remontent certains moments dont l’intensité nous laisse spectateurs d’un temps que nous avons sous-estimé. Les égards dont nous prenons la mesure sur le tard réveillent un sentiment d’absence après un long sommeil lorsqu’il ne reste que le souvenir d’un rêve pour faire silence. Si nous pouvions toucher du doigt la beauté de l’instant sans craindre l’abandon ou l’enfermement. Si nous pouvions l’embrasser sans tressaillir face à l’avenir, ne pas désespérer et ne conserver que le cadeau de sa nouveauté. Si nous pouvions vivre le présent pour ce qu’il promet d’être et non pour ce qu’il devrait être, nous ne le prendrions pas à la légère ou au tragique, mais à ce qui le rend magique. Alors le bonheur ne serait plus une vague rumeur nostalgique. Alors nous cesserions de courir de cet engagement à tenir pour vivre intensément le présent au lieu de le fuir de nos empressements.

Publié dans : Curiosités du mois | le 7 septembre, 2017 |Pas de Commentaires »
1...678910...85

Meamies |
Aberration |
Les Podcasts de Jo |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | miscellanées d'un geek...
| Camp de survie
| Questionsansreponses