Si j’étais une virgule

Si j’étais une virgule,

Que jamais l’on ne recule,

Je serais scellée à ton point,

Suspendue à l’éternité de ton désir,

De ta jouissance l’ascension,

Foulée dans un soupir

De contradictions

Rejetées au loin.

Si j’étais une virgule,

Je mourrais ma faim contre tes lèvres, suspendue à tes mains,

Je parlerais ta langue,

Exsangue

De lendemains,

Blottie contre tes crépuscules.

Si j’étais une virgule, je voudrais suspendre

Tous tes maux

Contre ma peau,

Rendre

Mon souffle contre ta bouche

Cependant que la raison se meure

Alors que je te touche

Au cœur.

Si j’étais une virgule, je te suspendrais dans un silence,

Jusqu’à ce que tu meures

Dans un ultime soupir

De bonheur

De mes mains l’errance

Qui ont achevé de te retenir.

Si j’étais une virgule, je me courberais contre ton corps,

Insatiable

De ta finalité

Dans une dualité

Impérissable

A te gravir en un ultime effort.

Si j’étais une virgule, tu m’arquerais

De tes doigts,

Tu me coucherais

Sur tes lèvres une ultime fois

Pour que je meure

Dans un battement contre ton cœur.

Si j’étais une virgule, je te reculerais au loin de mes horizons,

Où les conséquences ne nous retiennent.

 

Eudoxie LAROSE-DEVARENNE

Publié dans : Curiosités du mois |le 2 juin, 2017 |1 Commentaire »

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 2 juin 2017 à 17 h 50 min Eudoxie écrit:

    Merci Bruno de mettre en lumière cette création, ça me touche sincèrement d’avoir un décor aussi beau que ce blog en écho à mes mots. Amitiés.

    Eudoxie

    Répondre

Laisser un commentaire

Meamies |
Aberration |
Les Podcasts de Jo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | miscellanées d'un geek...
| Camp de survie
| Questionsansreponses