Archive pour le 12 décembre, 2015

Le poème d’Antoninus. Spartacus (1960)

Lorsque le soleil brulant descend sur l’horizon

Lorsque le vent vient mourir sur la montagne

Lorsque la chanson de l’alouette s’interrompt

Lorsque le chant du grillon s’éteint dans les blés

Lorsque l’écume de la mer s’endort comme une tendre jeune fille

Et que le crépuscule caresse la terre de sa main fraîche

Je rentre chez moi.

Dans les ombres bleues et la forêt empourprée

Je rentre chez moi.

Je vais vers la maison qui m’a vu naître

Vers la mère qui m’a porté et le père qui m’a élevé

Il y a longtemps, si longtemps, si longtemps

Je suis seul, perdu sur une terre lointaine, hostile qui s’étonne

Et cependant lorsque le soleil brulant descend sur l’horizon

Lorsque le vent se meurt et que l’écume s’endort

Et que le crépuscule caresse la terre de sa main fraîche

Je rentre chez moi.

Voir sur http://www.hd-stream.in

Spartacus à 1h 22 mn 53 s

Publié dans:Curiosités du mois |on 12 décembre, 2015 |2 Commentaires »

Absentéisme

36. L’absence est vraiment un tort. Dans le meilleur des cas, elle fait toujours parler de celui qui n’est pas là pour se défendre. Et dans le pire, il a déjà été enterré.

Publié dans:Curiosités du mois |on 12 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Esprits variables

« Comme c’est le caractère des grands esprits de faire entendre en peu de paroles beaucoup de choses, les petits esprits au contraire ont le don de beaucoup parler, et de ne rien dire. »

La rochefoucauld

Publié dans:Curiosités du mois |on 12 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Meamies |
Aberration |
Les Podcasts de Jo |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | miscellanées d'un geek...
| Camp de survie
| Questionsansreponses